Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-progresEnquête Insee. Au classement des régions françaises les plus touchées par la pauvreté, l’Auvergne occupe la 8 e position. Les départements ruraux, Cantal et Haute-Loire, sont en première ligne.Le dernier recensement, outre les informations sur la démographie, donne de nombreux éléments sur la population française. Notamment son niveau de pauvreté.

Les derniers chiffres montrent, qu’en Auvergne, près d’un habitant sur sept vit sous le seuil de pauvreté (1), avec moins de 954 euros par mois. La région est parmi celles de France les plus touchées par la pauvreté, en 8 e position.

Qu’ils soient actifs ou retraités, les Auvergnats disposent de plus faibles revenus que les autres Français. Une situation à laquelle les mécanismes de redistribution ne remédient que partiellement.

Rouge-MB-pauvrete-precarite-insecurite.jpg

Des salaires moins élevés qu’ailleurs

Cette plus forte fréquence de la pauvreté en Auvergne tient principalement à la faiblesse du revenu disponible.

D’une part, la structure économique régionale, à forte empreinte industrielle et agricole, induit une rémunération du travail moyenne plus faible qu’au niveau national.

D’autre part, quelle que soit la catégorie sociale, les salaires nets annuels moyens perçus par les actifs auvergnats, du privé et du public, sont moins élevés qu’au niveau national.

Moins dépendants des prestations sociales

En 2009, les prestations familiales, aides au logement et minima sociaux représentent 4 % du revenu de l’ensemble de la population, en Auvergne comme en France. En revanche, elles constituent 27 % du revenu disponible des ménages modestes de la région (contre un tiers au niveau national).

Le fait qu’il y ait davantage de propriétaires et des loyers plus modérés, associé à une population plus âgée, contribue à ce que le poids des allocations logement et des prestations familiales dans le revenu de ces ménages soit plus faible dans la région qu’en France.

En France, la moitié des personnes démunies ont un niveau de vie inférieur à 773 euros mensuels. Le niveau de vie médian des Auvergnats vivant sous le seuil de pauvreté est légèrement plus élevé (781 euros par mois).

Compte tenu d’une répartition des revenus moins inégalitaire dans la région, l’intensité de la pauvreté est moins forte qu’au niveau national.

Familles monoparentales et jeunes adultes frappés par la crise

En Auvergne, près d’une famille monoparentale sur trois (31 %) vit en dessous du seuil de pauvreté.

Cette situation de précarité touche en premier lieu les enfants : la charge financière qu’ils représentent pour le ménage les surexpose de fait à cette situation.

En France, 16,5 % des moins de 5 ans vivent, comme leurs parents, sous le seuil de pauvreté. Les jeunes enfants Auvergnats sont un peu plus épargnés (15,6 %).

À l’aube de leur parcours professionnel ou en recherche d’insertion, avec des revenus parfois plus aléatoires et plus modestes que leurs aînés, les jeunes adultes figurent aussi parmi les générations les plus affectées par la précarité financière.

Le seuil de pauvreté correspond à 60 % du niveau de vie médian.

En 2009, il s’établit à 954 euros mensuels.

Article paru dans Le Progrès
Edition en ligne du mercredi 19 septembre 2012
Crédit photo : Photothèque Rouge/JMB

Tag(s) : #SOCIAL

Partager cet article

Repost 0