Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-progres

 En situation de surproduction, Michelin Blavozy réduit la voilure et baisse sa production de 3,4 % cette année.

 D’ici la fin du mois, le volume annuel devrait atteindre les 40 000 tonnes de pneumatiques, contre 41 400 tonnes initialement prévues. « Du coup, la part d’intéressement collectif lié à ce critère est réduite à zéro », peste René Villesèche de la CGT.

les-syndicalistes-de-la-cgt-michelin-ont-profite-du-changem.jpg

« On l’a d’autant plus mauvaise que nous avons tout fait pour atteindre le volume fixé par l’accord. Et la direction vient de réduire à deux reprises, en octobre et novembre, les objectifs de production sans rien dire à personne. »

Cette baisse de tonnage n’est pas anodine pour les ouvriers qui touchent un intéressement en cas d’objectifs atteints. « Ce qui est le cas chaque année depuis que cette prime existe », précise le syndicaliste.

Touchée au mois d’avril dernier, cette prime d’intéressement correspondait à une fourchette comprise entre 1 200 et 1 400 euros pour un ouvrier.

Cet accord d’intéressement collectif, révisable tous les trois ans, repose sur des critères : la production annuelle (1,2 % de la masse salariale), le nombre d’accidents du travail (0,9 %) et le pourcentage perte-matière (0,9 %). « Déjà, sur le critère des accidents du travail, on ne touchera rien puisqu’il y en a eu six cette année, et qu’il ne fallait pas dépasser deux. Il ne nous reste désormais que le critère perte-matière. Le calcul est vite fait : sur la prime de 3 % que tout le monde espérait, il ne reste plus que 0,9 % dans le meilleur des cas. »

Si pour le moment, la CGT tire la sonnette d’alarme à la sortie de l’usine, les délégués n’excluent pas le blocage des expéditions afin d’obtenir une oreille attentive de la direction.

Article de Christophe Bouyer paru dans Le Progrès
Edition en ligne du samedi 8 décembre 2012

Tag(s) : #SOCIAL

Partager cet article

Repost 0