Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-progresYssingeaux. Hélène et Claude François affirment haut et fort leur engagement pour le droit au mariage pour tous. Sans détour, ils évoquent l’homosexualité d’Olivier, leur fils aîné, pour participer à ce combat.

 « Je réagis comme un papa. Tout simplement », assure Claude François. À ses côtés, Hélène, son épouse, s’affirme volontiers, au-delà de sa sensibilité de mère, également comme « militante » dans le débat autour du mariage pour tous qui traverse la France. « Je me bats pour que tout le monde ait les mêmes droits au mariage. Il faut déconnecter le mariage du religieux, les choses deviendront moins passionnées. » fvgtb.jpg

On connaît ce couple d’enseignants retraités d’Yssingeaux pour leur engagement au sein du Parti socialiste. Pourtant, ce n’est pas en raison de cet ancrage à gauche qu’ils acceptent de lever le voile sur un pan intime de leur vie familiale. Les polémiques autour du sujet résonnent profondément, car leur fils aîné est directement concerné. « Nous voulons que notre fils homosexuel ait les mêmes droits qu’un hétéro. »

Olivier, 40 ans, ingénieur-conseil, vit en couple avec Cédric. Il n’a pas de projet de mariage pour l’heure. mais, s’il changeait d’avis, pour Hélène et Claude, « il ne fait aucun doute que nous nous rendrions, avec plaisir, à cette cérémonie. Il en serait de même pour nos enfants, Christelle, Cyril et leurs conjoints. Sans oublier nos cinq petits-enfants, qui ont parfaitement intégré l’existence du couple des deux tontons. »

Cependant, l’homosexualité d’Olivier ne s’est pas imposée d’emblée. « C’est un beau gars, il avait du succès avec les filles », développe Claude. « On ne se doutait pas de son homosexualité. Au départ, on a vu défiler pas mal de filles ! Jusqu’au jour, il y a quinze ans, où il est arrivé à la maison avec un garçon. Il n’a rien dit, mais lorsqu’est venue l’heure du coucher, là, on a compris. »

Olivier n’a pas un tempérament expansif. « Il n’osait pas nous le dire, il nous l’a montré. »

Plus tard, Hélène et Claude poseront une seule question : « Tu es heureux ? Oui, je suis heureux. C’est tout ce qui comptait pour nous. »

Hélène assure : « Beaucoup d’homosexuels se retrouvent coupés de leur famille. Ce n’est pas le cas chez nous. Nous fréquentons les beaux-parents d’Olivier de la même façon que nous le faisons pour nos autres enfants. »

Et Claude confie : « Je suis fier d’Olivier. il m’a ouvert les yeux. »

Article de Fabienne Mercier, publié le 13/01/2013 dans le Progrès

Tag(s) : #LGBTI

Partager cet article

Repost 0