Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-zoomdiciCe matin, le tribunal de commerce du Puy-en-Velay a pris sa décision : l'entreprise Preciturn, placée en liquidation juidiciaire en juin dernier, va être sauvée par un groupe américain.

preciturn-sauve.JPG

Ils n'y croyaient plus. Après le désengagement du potentiel repreneur BVS le 11 juillet dernier, les 58 employés de la société Preciturn à Monistrol-sur-Loire avaient presque baissé les bras. L'entreprise, forte de plus de 50 ans d'existence, avait été placée en liquidation judificaire en juin. Ce mercredi 31 juillet, le tribunal de commerce a validé sa reprise par le groupe américain AIAC American Industrial Acquisition Corporation), sauvant ainsi 40 emplois.

Deux solutions étaient à l'étude

Il restait deux solutions pour les salariés du sous-traitant automobile : un groupe d'investissement américain qui garderait 40 emplois, ou alors une Scop sous l'égide du directeur actuel du site. La première faisait un peu peur dans un premier temps aux syndicats, mais après que l'affaire soit apparue devant le tribunal de commerce vendredi 26 juillet, la CGT nous avait confié être rassurée. Ce mercredi, le tribunal de commerce a validé le plan de reprise du groupe AIAC en expliquant avoir "apprécié les précisions apportées pour la garantie des emplois". 

"Un sentiment partagé"

Paul Lyonnet, délégué syndical de l'entreprise, n'était que partiellement soulagé. "C'est un sentiment partagé, je pense aux 18 employés qui restent sur le carreau. Ce n'est pas le premier plan social auquel je dois faire face mais l'on ne s'habitue jamais à voir partir des camarades." Initialement, le groupe américain devait reprendre 37 emplois. Les négociations ont permis d'en sauver trois de plus.

Des centaines de millers d'euros d'investissement

Le groupe AIAC commencera à investir dans Preciturn en 2014 : 170 000 euros sont annoncés pour réparer les machines. Paul Lyonnet a peur que cela ne soit pas vraiment suffisant. "On parle aussi de l'achat d'une machine cinq postes à 500 000 euros, mais c'est un investissement rentable uniquement s'il y a un marché derrière. J'espère qu'ils en ont un." 

Un combat de deux mois qui prend donc fin ce mercredi. La fabrication de vis pourra reprendre à Monistrol... avec le stars and stripes au dessus de l'entreprise.

Article de A.L.paru sur Zoomdici
Edition en ligne du mercredi 31 juillet 2013

Tag(s) : #SOCIAL

Partager cet article

Repost 0