Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-zoomdiciLes 90 embauches sur l'usine Michelin de Blavozy d'ici 2019 ne serviront-elles qu'à compenser les départs en retraite et les fin de contrats des précaires? A priori, non.

Ce lundi 10 juin 2013, la direction nationale de Michelin a annoncé une restructuration de ses activités, avec de bonnes et de mauvaises nouvelles pour l'emploi. Si le groupe clermontois compte cesser la production de pneus poids lourds à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), supprimant 730 postes d'ici à 2015, il compte également investir 800 millions d'euros en France.

50M€ et 90 embauches à Blavozy

Parmi ces 800 millions, 270 à Clermont-Ferrand pour la modernisation du centre mondial de recherche et d’innovation, mais aussi 50 millions à Blavozy. Pour l'usine du bassin du Puy, il s'agit d'accroître d’un tiers la production de pneus génie civil, avec la fabrication d'un nouveau modèle, et de créer ainsi environ 90 emplois d'ici 2019. La nouvelle a été accueillie avec des pincettes par les syndicats. « Nous sommes très circonspects, indique René Villesèche, délégué CGT, les investissements sont actés, mais pour les emplois c'est autres choses. C'est une bonne nouvelles qu'ils poursuivent les investissements au Puy, mais in fine, en 2019, on sera combien de salariés? » Hervé Bancel (CGT), lui, veut s'assurer qu'il s'agira bien de CDI : « Parfois, ils parlent d'embauches pour des CDD, par contre quand ils s'en séparent, ils ne parlent pas licenciements! »

cgt-michelin-blavozy_2503.jpg

Des CDI en plus du renouvellement

Zoomdici a donc posé la question au directeur du site de Blavozy, Frédéric Garrouste, qui a répondu sans détour : « Nous parlons bien de 90 créations d'emplois en CDI ». René Villesèche fait remarquer que plus de 150 des près de 700 salariés (dont 15 CDD) ont actuellement 53 à 55 ans et qu'ils partiront donc à la retraite à l'horizon 2019. Les 90 embauches promises serviront-elles à les remplacer? « Non, répond Frédéric Garrouste, il est prévu de remplacer les départs en retraite dans leur quasi-totalité indépendamment des 90 postes supplémentaires », même si, lui, chiffre le nombre de départs en retraite d'ici 2019 plutôt autour de 50 à 60.

Priorité aux précaires et aux locaux

Autre point soulevé par Hervé Bancel, les quelque 80 CDD et intérimaires qui ont dû quitter l'usine ces derniers mois. Ceux-ci auront la priorité sur les 90 créations de postes, assure le directeur du site : « Notre volonté est clairement, autant que faire se peut, de ne pas nous séparer de nos CDD, compte tenu de leur expérience dans l'entreprise et du poids que leur formation représente. Les personnes qui ont répondu à nos attentes seront donc prioritaires. » Le recrutement, en partenariat avec Pôle emploi, fera également la part belle aux candidats locaux, même si les salariés dont les postes sont supprimés à Joué-lès-Tours pourront être reclassés à Blavozy s'ils le souhaitent. Les profils recherchés : en majorité des opérateurs, mais aussi quelques collaborateurs, des techniciens et des agents de maîtrise.

Une nouvelle ligne de presse

Outre la création d'emplois, le site de Blavozy se verra également pérennisé par l'agrandissement physique du site. « Le but est de fabriquer des pneus à des dimensions que nous ne produisons pas actuellement, explique Frédéric Garrouste, des pneus qui mesurent trois mètres de diamètre et pèsent 1,5 tonnes, destinés à des marchés miniers qui sont aujourd'hui structurellement porteurs. » Pour ce faire, une nouvelle ligne de presse sera installée, de nouveaux locaux seront construits, dont des bâtiments de stockage, et les locaux actuels seront modernisés. Les dates seront arrêtées en fin d'année. Pour l'heure, il est question d'un démarrage des travaux début 2014 pour une mise en service en 2015.

Loin de la crise de 2009

Toutes ces bonnes nouvelles ne font pas oublier aux syndicalistes la situation actuelle, peu enviable, du site de Blavozy. « Les productions sont dérisoires en ce moment et on n'arrête pas d'enchaîner les journées de chômage partiel », soupire Hervé Bancel, ce que ne nie pas le directeur du site. « Depuis le début de l'année, nous en sommes à 12 jours de chômage partiel par personne en moyenne pour une baisse de production de 25 à 30% à cause de la fluctuation des marchés. Mais ce n'est rien comparé à 2009 où nous avions connu 60 jours de chômage partiel sur l'année pour plus de 50% de baisse de la production. » Et de souligner que le site a tout de même recruté 15 CDI depuis début 2013, qu'il s'agit d'une usine performante à l'heure actuelle, et ce grâce à la qualité de ses employés. Rendez-vous en 2019.

Article d'Annabel Walker paru sur Zoomdici
Edition en ligne du 12/06

Tag(s) : #SOCIAL

Partager cet article

Repost 0