Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-progresAlors que se tient, aujourd’hui, la première réunion paritaire sur la politique salariale à l’UCANSS (Union des caisses nationales de Sécurité sociale), la CGT organismes sociaux de Haute-Loire appelait à observer, hier, un débrayage ou une journée de grève. Cela s’adressait aux agents de la CAF (Caisse d’allocations familiales), de la CPAM (Caisse primaire d’assurance-maladie), de l’Urssaf (Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales) et du Centre Paje.

CPAM-CAF-URSSAF-43-greve-cgt-photo-bouyer.jpg

Suivant le mouvement lancé au niveau national, il s’agit pour le syndicat de peser sur les négociations qui s’engagent à Paris en démontrant la mobilisation des personnels de province. « En 2010, un pas de compétence de sept points valait 50,45 euros bruts. Trois ans plus tard, la valeur n’a pas changé. Au regard de l’inflation, la perte sèche est de 6 % », dénoncent les grévistes réunis, hier, avenue André-Soulier au Puy-en-Velay. Selon eux, les agents ont perdu 12 % de pouvoir d’achat en dix ans.

L’emploi figure également au cœur des revendications, les personnels en grève réclamant le remplacement de tous les départs en retraite et la transformation en CDI de l’ensemble des contrats CDD et intérimaires. « À la CAF, sur les 105 agents, 21 ont des contrats précaires. Ils sont une vingtaine à la CPAM sur un effectif de 200. Chaque personne arrivant chez nous avec un contrat précaire sait parfaitement en rentrant que sa mission se terminera et qu’un autre prendra le relais. »

Ch. B./ Le Progrès / 181212

Tag(s) : #SOCIAL

Partager cet article

Repost 0