Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-progresLe nombre de demandeurs d’emploi sans activité en Haute-Loire a augmenté de 3,6 % en un mois. À la fin du mois de juillet, on comptait 8 457 de personnes.

La hausse atténuée de juin par rapport au mois précédent (+0,1%) a fait planer une pointe d’optimisme sur le front de l’emploi. La chute n’en est que plus sévère aujourd’hui : le nombre de chômeurs en Haute-Loire atteint des niveaux alarmants à la fin du mois de juillet.

chomage-rouge-romain-hingant.jpg

Avec une progression de 3,6 %, les chômeurs sans activité (catégorie A) ont été 295 de plus à pointer à Pôle Emploi. Ce chiffre place le département en tête des plus fortes hausses si on la compare à la donnée nationale (+1,4%), et plus localement aux poussées enregistrées dans les autres départements auvergnats : Allier (+0,6%), Puy-de-Dôme (+0,7%) et Cantal (+1,3%).

Sur un an en Haute-Loire, le nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi dans cette catégorie a augmenté de 13,2 %, passant de 7 471 en 2011 à 8 457 douze mois plus tard. Pour mémoire, la barre des 6 000 n’était pas encore atteinte en juillet 2008, il y a quatre ans.

D’un mois sur l’autre, les chiffres indiquent que les hommes de 25 à 49 ans sont les plus touchés (+7%), suivis par les femmes de moins de 25 ans (+5,2%). Toutefois, en regardant sur douze mois, les hommes de 50 ans et plus payent le plus lourd tribut (+18,9%) à la crise. Tous âges confondus, les hommes continuent à être les plus frappés : +5,4 % sur un mois et +15,3 % sur un an, contre +1,8 % sur un mois et +11,2 % sur douze mois pour les femmes.

En incluant les inscrits à Pôle Emploi exerçant une activité réduite (catégories A, B et C), 14 165 Altiligériens cherchaient un travail à la fin du mois de juillet, soit une augmentation de 2,9 % par rapport au mois précédent. Sur un an, l’augmentation atteint les +10,3 %. En comparaison, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits dans ces catégories sur l’ensemble de l’Auvergne augmente de 1,1 % par rapport à juin 2012, soit +7,1 % sur un an.

Un dernier indicateur reste à prendre en compte, celui des offres d’emploi collectées par Pôle Emploi. En un an, les offres pour des contrats de six mois ou plus sont en chute de 20,8 %, celles pour les emplois non durables (moins de six mois) reculent de 3,5 %.

Article paru dans Le Progrès - Edition en ligne du 28 août 2012
Créditphoto : Phothèque Rouge - Romain Hingant

Tag(s) : #SOCIAL

Partager cet article

Repost 0