Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-progresLoire. Neuf salariés des ex-fonderies Jurine viennent de gagner leur procédure devant les prud’hommes.

C’est une victoire financière : 12 000 euros de compensation du préjudice anxiété, 10 000 euros d’indemnité de bouleversement des conditions d’existence, 500 euros de dommages-intérêts. Pour chacun. C’est surtout une victoire morale : la reconnaissance de la responsabilité de leur employeur, qui les a exposés à l’amiante.

jurine-chambon-loire-cgt-amiante-leprogres.jpg

Neuf salariés des anciennes fonderies Jurine (Le Chambon-Feugerolles) viennent de gagner leur procédure devant les prud’hommes. Et l’USTM (Union syndicale des travailleurs de la métallurgie) CGT Loire entend bien ne pas en rester la.

Pour Douglas Mezières et Serge Journoud, ses représentants, « cette procédure est, après celle de Garlock, la deuxième gagnée dans la Loire. Nous voulons nous appuyer sur cet exemple pour dénoncer le fait que, même aujourd’hui, les employeurs exposent encore trop souvent leurs salariés à des produits toxiques, comme par exemple les éthers de glycol. »

Des dossiers sur l’amiante, dans un département industriel comme la Loire, il en existe beaucoup d’autres en attente dans les tiroirs de l’USTM CGT. Une douzaine, encore, pour les fonderies Jurine, mais aussi une quinzaine pour Isofrein (Saint-Étienne), une vingtaine pour l’ex-Soma, devenue Axeltech (Saint-Étienne) et une douzaine pour Bourrin (Saint-Chamond).

L’USTM CGT souhaite que « les salariés exposés à l’amiante se manifestent en masse, car un procès de l’amiante, c’est la reconnaissance de la responsabilité de l’employeur ».

« Chez Jurine, par exemple, des prélèvements réalisés en 1990 révélaient un taux d’empoussièrement de l’amiante quatre fois supérieur à la norme. Rien n’a été fait jusqu’à la fermeture de l’usine en 2000. »

La CGT lance des chiffres terrifiants : « On estime à 100 000 le nombre de décès dus à l’amiante en 2020 au plan national ».

Contact USTM CGT : 04 77 49 24 95.

Article paru dans le Progrès, édition en ligne du 23/06/12
Crédit photo Marie Perrin

Tag(s) : #SOCIAL

Partager cet article

Repost 0