Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-progresAu mois d’avril, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A en Haute-Loire a augmenté de 2,8 % par rapport au mois précédent. Sur un an, la hausse s’affiche à 11,1 %. Du jamais vu ou presque.

Alors qu’au mois de mars la hausse du nombre des demandeurs d’emploi de catégorie A avait été freinée en Haute-Loire, au mois d’avril c’est l’explosion. Pour s’en persuader il faut se rendre compte que le mois dernier la hausse a été de 2,8 % contre 0,4 % en mars. Sept fois plus importante.

chomage-medef-phototheque-rouge-meno.jpgCrédit photo : Photothèque Rouge/Meno

Évidemment, la progression annuelle suit le mouvement avec une augmentation de 11,1 % dans le département. Une donnée qui fait dire au directeur territorial de Pôle emploi qu’il peut s’agir d’une erreur tant le chiffre lui paraît important.

Pourtant le communiqué de presse cosigné par la Directe Auvergne et Pôle emploi Auvergne concernant la Haute-Loire est corroboré par celui qui affiche les données régionales. On y apprend que la Haute-Loire est, avec le Cantal (+ 3%), le département le plus touché. Comme élément de comparaison, les hausses dans l’Allier et le Puy-de-Dôme sont respectivement de 0,4 % et 1,1 % sur un mois. [...]

Dans le détail, on dénombrait 8 033 demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A en Haute-Loire à la fin avril. Soit 217 de plus qu’au mois de mars.

Ce sont les hommes qui ont été les plus concernés (+ 3,6% sur un mois et + 13 % sur un an) avec une progression presque deux fois supérieur à celle des femmes (1,9 % sur un mois et 9,2 % sur un an). En avril, c’est la tranche des 25-49 ans qui a connu la plus forte hausse (3,5 %) mais sur un an les moins de 25 ans (+18,8%) et les 50 ans et plus (+17,5%) sont toujours les plus affectés.

Comme une mauvaise nouvelle vient rarement seule dans ce domaine, on constate également la chute du nombre d’offres d’emploi collectées par Pôle emploi dans le département. La variation trimestrielle est de -3,4 % pour les offres d’emplois durables (6 mois ou plus). Pour les emplois non durables, elle est de -26,4 %. Les saisonniers ont-ils du souci à se faire ?

Article de James Taffoirin paru dans Le Progrès
Édition en ligne du 31 mai 2012

Tag(s) : #SOCIAL

Partager cet article

Repost 0