Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-progresTence. Si aucun investisseur ne se manifeste avant le 12 octobre, s’en sera fini de l’entreprise de menuiserie. Les 111 salariés avaient rendez-vous ce matin, 9 heures, avec le préfet de Haute-Loire.

« Aujourd’hui, il est clair que, si un éventuel repreneur ne se rapproche pas rapidement de Fima, c’est fini. Le 12, c’est terminé. » Laurent Gibert, délégué syndical UD-FO et salarié chez Fima, ne se laisse que très peu de chances de conserver son emploi. Vendredi, le tribunal de commerce de Douai a prononcé la liquidation judiciaire de l’entreprise avec continuation de l’activité jusqu’au 14 octobre. Le 14 étant un dimanche, l’ultimatum prendra fin vendredi 12.

Les 111 salariés de l’entreprise de Tence, désemparés, en appellent désormais au pouvoir public. Du préfet, avec qui ils ont rendez-vous ce matin, en passant par le commissaire régional au redressement productif, et jusqu’aux représentants politiques locaux. Leur objectif : « Que l’État intervienne. Qu’il s’engage à aider un éventuel repreneur pour redémarrer l’activité et conserver les emplois. »

fima-2309-tence-photo-julie

La décision du tribunal de commerce était loin d’être celle attendue en début de semaine dernière. À ce moment-là, l’espoir était encore de mise, puisque deux offres du groupe Madinvest (auquel appartient Fima) étaient sur la table. Celle du groupe MAC, et celle de Funirey, un petit industriel. La première était jugée financièrement solide et portait les espoirs des salariés. Mais, jeudi, coup de théâtre, MAC retire son offre pour Fima, tout en conservant celles concernant les autres actifs du groupe Madinvest (Noël et Professions menuisiers). Le tribunal se retourne alors vers Furnirey, mais celui-ci refuse de reprendre Fima seule.

Les salariés ne décolèrent pas et crient au complot : « C’est le résultat des manœuvres de MAC, soupire Pascal Samouth, secrétaire général UD-FO. Une manœuvre pour éliminer la concurrence ».

Article de Julien Wagner paru dans Le Progrès
Edition en ligne du mardi 2 octobre 2012
Crédit photo : Archives - Julien Wagner

Tag(s) : #SOCIAL

Partager cet article

Repost 0