Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Près de 7600 nouveaux enseignants dans le premier et le second degré, c'est un changement par rapport aux rentrées Sarkozy qui voyaient, chaque année, 11 à 12 000 postes disparaître.

La formation préalable des enseignants détruite de façon scandaleuse par Sarkozy et ses ministres de l'éducation se remet en place.

educ.jpg

Mais il y a cette année une génération sacrifiée issue du bricolage mis en place l'an dernier. Avant même leur admission définitive aux concours de recrutement, les titulaires d'un master 2, vont être utilisés comme moyens d'enseignement, à mi-temps ou tiers temps pendant au moins 12 semaines, pour un salaire dérisoire et sans réelle formation. Les non-titulaires d'un master boucheront les trous laissés par les temps partiels des enseignants. Bref, des enseignants à mi-chemin du concours, donc non-titulaires et sous-payés.

60 000 élèves supplémentaires sont attendus dans le primaire et le secondaire ce qui modifiera peu les taux d'encadrement des élèves par rapport à la rentrée précédente.

Cela pèsera également sur les marges de manoeuvre des rectorats et inspections académiques pour pourvoir au remplacement des maitres absents dans le premier degré laissant des classes et des enfants sans professeurs dans des départements comme la Seine-Saint-Denis.

La réforme des rythmes éducatifs va toucher 20% des effectifs concernés avec de grandes disparités entre les communes concernant l'offre des activités, un taux d'encadrement par les animateurs revu à la hausse auquel s'ajoutent un manque de personnel et de formation, une gratuité non assurée.

Et beaucoup de dossiers à venir : la réforme des programmes, le statut et les tâches des enseignants, la place de l'enseignement professionnel public que d'aucuns voudraient voit régionaliser.

La loi d'orientation votée au printemps dernier s'inscrivait dans une continuité avec le gouvernement précédent concernant la définition des objectifs du collège par exemple.

Le chantier est immense pour reconquérir un droit à l'éducation pour tous les jeunes, droit qui devrait conjuguer formation la plus élevé possible, esprit critique, diplôme débouchant sur un emploi qualifié et ne laissant personne sur le bord de la route.

Cela demande des moyens qui ne soient pas mesurés à l'aune de la politique d'austérité, de réduction de la dépense publique et des personnels titulaires formés en nombre suffisant, alors qu'aujourd'hui la précarité est toujours le lot d'un nombre croissant d'enseignants.

Il est de la responsabilité des personnels de l'éducation, des parents et des jeunes d'agir ensemble pour que cette exigence puisse exister.

Le 3 septembre 2013.

Tag(s) : #EDUCATION

Partager cet article

Repost 0