Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

GA-membre-FDGLe gouvernement grec d'A. Samaras a procédé hier soir, 11 juin, à un véritable coup de force en décidant de fermer les émetteurs de la radio et télévision grecque (ERT).

Les journalistes qui tentaient d'expliquer la situation ont été brutalement réduits au silence : plus de son, plus d'image.

2656 salariéEs de l'ERT ont été licenciéEs et 4000 postes supprimés.

C'est une atteinte extrêmement grave à la liberté d'expression et à la démocratie.

Cette décision politique, qui divise le gouvernement en place, s'apparente à un véritable coup d'état.

De la même façon, un décret vient de sortir qui autorise un ministre à supprimer une entreprise publique. Signe de la division du gouvernement, ce décret n'a pas reçu le soutien du Pasok et de Dima. Mais, par contre, l'Aube dorée, la parti fasciste, l'approuve.

ERT-008.jpg

Les salariéEs de l'ERT entendent résister en occupant leurs locaux et en continuant à diffuser des informations sur internet. Des milliers de grecs sont venus leur apporter leur soutien.

Voilà où mène la soumission à la politique l'austérité : la remise en cause des libertés fondamentales pour tailler dans les budgets publics et donner satisfaction aux marchés financiers et à la troïka.

La Gauche anticapitaliste, membre du Front de gauche, condamne ce coup de force du gouvernement d'A. Samaras et affirme sa solidarité avec les salariéEs licenciéEs de l'ERT.

Toutes et tous au rassemblement devant l'ambassade de Grèce, ce soir, à 18h30, 17 rue Auguste Vacquerie, Paris 17, à l'appel des étudiants et travailleurs grecs-ques.

Le 12 juin 2013

Tag(s) : #INTERNATIONAL

Partager cet article

Repost 0